Applications Nano

Nano est un mot à la mode aujourd’hui. La technologie nano est un terme général pour une large palette d’applications se rapportant aux structures et procédés dans le domaine nanométrique : particules solides dans des suspensions et poudres, poussières, gouttes de liquide dans les émulsions, brouillards, vaporisations ou mousses dont les dimensions primaires sont inférieures à 100 nm. Les particules nano ont une très grande surface spécifique, la surface de l’atome qui est  habituellement très réactive. Ce sont donc leurs propriétés spéciales qui rendent les particules nano si uniques.

Avec l’aide de telles particules, il est possible de fabriquer des revêtements extrêmement durs et résistants aux rayures, des matériaux avec de nouvelles propriétés tels que des céramiques à basse de température de frittage, des métaux amorphes (transparents), et des matériaux avec une grande force élastique et une grande résistance à la rupture à basses températures ou avec une superplasticité à des températures plus élevées. Les particules Nano sont plus petites que les virus et les bactéries. C’est pourquoi, elles peuvent pénétrer dans les cellules. Cette caractéristique rend les particules nano intéressantes pour l’industrie pharmaceutique, car elles peuvent être utilisées pour transporter des « ingrédients actifs » à travers les barrières biologiques telle que la barrière cérébrale sanguine par exemple.

Il existe deux façons de produire des particules nano. Avec la condensation ou la méthode « bottom –up », les particules sont créées à travers une agrégation moléculaire d’une substance existante sous une forme dissoute, liquide, ou gazeuse. Ces techniques « sol-gel », de précipitation, de micro-émulsion et procédés de phase gazeuse sont avantageuses car il est possible de produire des systèmes de particules sphériques mono dispersées et de haute pureté. L’inconvénient est que la capacité de production maximale est actuellement vraiment très basse. Cela signifie que ces méthodes n’offrent que des capacités limitées pour l’extrapolation.


La production de très fines particules par le broyage de particules grossières est référencée comme la dispersion ou la méthode « top-down ». De grandes densités d’énergie telles que celles obtenues dans les broyeurs agitateurs à billes sont nécessaires pour réaliser ces tâches de broyage. Le broyage humide est le mode primaire du fonctionnement des broyeurs agitateurs à billes. Ils sont employés dans de nombreuses branches de l’industrie pour le broyage de matières premières ainsi que la dispersion de pigments fins et de produits de la méthode « bottom up ».


Condensateur céramique multicouches MLCC

MLCC est l’abréviation de « Multilayer Ceramic Capacitor » (Condensateur céramique multicouches). Les composants capacitifs de surface sont minuscules, discrets et sont installés sur presque tous les dispositifs électroniques et sur les circuits imprimés.

plus d'information

Affichage cristal liquide (LCD)

Avec la technologie LCD (Liquid Crystal Display – Affichage à cristaux liquides), il est possible de produire des afficheurs à faibles radiations, sans effet de vibration et avec un espace réduit qui sont plus agréables pour nos yeux que la télévision conventionnelle ou bien l’écran d’ordinateur.

plus d'information

Procédé CMP

La seule méthode connue pour polir finement les disques silicium pour la production de microprocesseurs est le procédé CMP (Chemical Mechanical Polishing) – Polissage mécanique chimique.

plus d'information

Photo Catalysts

Sous l’influence de la lumière, certains matériaux catalysent les réactions chimiques telle que la décomposition de substances organiques. Les propriétés photo-catalytiques du dioxyde de titane (TiO2) sont utilisées pour l’auto-nettoyage de surfaces, les matériaux antibactériens et pour la purification de l’air et de l’eau.

plus d'information